Commerces de proximité : ce qu’en pensent les clients

commerçants

Face au commerce de proximité, les Français ne sont pas tous logés à la même enseigne. C’est ce qui ressort d’une étude OpinionWay pour Asterop, entreprise de conseil et fournisseur de services pour l’optimisation des réseaux de vente, dévoilée en mai 2018. Le déséquilibre se joue, notamment et sans réelle surprise, au niveau de l’accessibilité.

Alors qu’à Paris et en région, les personnes interrogées déclarent faire environ deux kilomètres pour se rendre dans un commerce, et ce quel que ce soit le type de commerce, alimentaire ou autre, cette distance s’établit à 12,2 kilomètres en zone rurale. Soit environ six fois plus. « Lorsque les Français font leurs courses, ils ne se rendent pas systématiquement dans le commerce le plus proche de leur lieu de vie, mais plutôt dans celui qu’ils estiment le plus approprié à leurs besoins », précise un communiqué relatif à l’étude.
Par ailleurs, ils sont 40 %, dont la moitié des habitants en zone rurale, à estimer difficile d’accéder aux commerces de proximité traditionnels, comme les boulangers.

« Obligés de fermer »

Le document révèle par ailleurs un relatif scepticisme des Français vis-à-vis des commerces de proximité. 11 % ne sont pas satisfaits des commerces de services (restaurants/cafés/bars, agences bancaires, assureurs, etc.), et 17 %, des commerces d’habillement. Une insatisfaction en moyenne plus prononcée chez les habitants des zones rurales que chez les citadins.
Mais, critiques à l’égard du commerce, ils n’en sont pas moins inquiets pour leur avenir. Près d’un tiers sont inquiets pour les commerces de centre-ville et plus de la moitié pour les commerces ruraux. Plus de huit Français sur dix pensent que de plus en plus de commerces sont obligés de fermer. Les trois quarts environ apprécieraient davantage de diversité dans leurs commerces de proximité.

Commerces de proximité : quels usages ?

Où les Français font-ils leurs courses ? A 68 %, ils se rendent en centre-ville pour boire ou manger, prendre un café, se faire coiffer ou rencontrer leur banquier, ou encore, à 65 %, pour s’approvisionner en produits alimentaires chez les commerçants de bouche (boulangers, traiteurs, épiciers, etc.). A 55 %, ils vont en zone commerciale ou périphérie pour faire leurs courses en grande surface alimentaire. Et près de la moitié s’y rend (48 %) pour des achats d’habillement.

Étude « Les Français et l’offre commerciale près de chez eux », OpinionWay / Asterop, réalisée sur un échantillon de 1176 personnes de 18 ans et plus via un questionnaire en ligne auto-administré, du 28 mars au 9 avril 2018

Source : http://commerce.chefdentreprise.com/Thematique/profession-1072/Breves/Commerces-proximite-pensent-clients-331227.htm publié le 25 mai 2018 – Auteur Amélie Moynot

Article publié le 30/05/2018

Retour à la liste

Partager